Google et la recherche sociale : le nouveau bouton +1

L’objectif du moteur de recherche de Google est d’afficher le pus rapidement possible l’ensemble des résultats les plus pertinents d’une recherche.

Cette pertinence, il y a quelques années, était évaluée selon des critères assez techniques : les métas données choisies, les mots affichées dans la page, l’utilisation des balises HTML, etc.

Toutefois, depuis l’émergence du web social et des services « 2.0 », la pertinence est de moins en moins évaluée sur des critères techniques et de plus en plus sur des critères relationnels. Ces derniers ont l’avantage de mettre en emphase la notion de sens. Par exemple, si l’ami d’un internaute a trouvé pertinent un article et qu’il l’a « liké » ou partager sur ses réseaux, il y a de fortes probabilités que ce même article ait davantage de sens pour l’internaute en question que tout autre article sur le même sujet.

À cet effet, Google avait introduit dès 2009 « Google Social Search », un algorithme de recherche avancée permettant d’afficher les résultats les plus pertinents en fonction des connexions d’un internaute, de ses amis en ligne et de ses contacts. Graduellement, des contenus de différents médias sociaux – Flickr, YouTube, des blogues personnels d’amis, etc – ont été indexés aux résultats affichés par Google.

Aujourd’hui, Google poursuit sa progression – lente mais prudente – vers la recherche sociale et propose une nouvelle fonctionnalité : le bouton « +1 ». Ce bouton est en quelque sorte un concurrent – voire un complément – du bouton « Like » (ou « J’aime ») de Facebook.

Selon Rob Spiro, chef de produit chez Google, l’objectif de ce bouton est de dire « this is very cool ». En d’autre mot, il permet d’afficher publiquement ce qu’aime un internaute. Selon M. Spiro, le web est un espace très vaste et les avis de nos amis – soit les « +1 » – vont permettent d’aider la navigation à tout internaute.

Enfn, les boutons « +1 » ne sont pas intégrés à Twitter ou Facebook, ils sont affichés lorsqu’un internaute exécute une recherche sur le moteur Google. Ils apparaitront également près des annonces et des pages affilées de Google.

La question qui est soulevée maintenant est de savoir jusqu’à quel point « social » pourra devenir Google. Est-ce une menace ou un complément des fonctionnalités « 2.0 » actuellement disponible sur les médias sociaux du web ? Qu’adviendra-t-il de Facebook et de la pertinence de son bouton « Like » ?

Ce billet est également disponible sur le site web de Conseils ATELYA